Amir Boréale Aurore

On s’est arrêtés une seconde après que la beauté

Se noie dans la masse

On est arrivés juste après que l’humanité

S’abîme et se lasse

Nos nuits se démènent, on ne sait plus où elles nous mènent

Peut-être vers le Nord, lumière d’une boréale aurore

Dis-moi, faut-il descendre de l’Arche ?

Alors que le monde est en marche

Sur une route à grande vitesse, sans cesse

Dis-moi, que va-t-on laisser comme trace ?

Juste une empreinte sur la glace

Tandis que le froid nous blesse, sans cesse

On s’est habillés du drap de la modernité

Est-ce que c’est une chance ?

Les forêts brûlées qui finissent en bout de papier

Pour écrire l’errance

Nos jours se déchirent entre vérité et désir

Aveuglés au milieu des cristaux d’espoir dans les yeux

Dis-moi, faut-il descendre de l’Arche ?

Alors que le monde est en marche

Sur une route à grande vitesse, sans cesse

Dis-moi, que va-t-on laisser comme trace ?

Juste une empreinte sur la glace

Tandis que le froid nous blesse, sans cesse

Nos nuits se démènent, on ne sait plus où elles nous mènent

L’envie, l’envie nous enchaine sur l’autel des jours de peine

Et je cherche en vain le Nord et je cherche en vain le Nord

Lumière d’une boréale aurore, lumière d’une boréale aurore

Lumière d’une boréale aurore

Dis-moi, faut-il descendre de l’Arche ?

Alors que le monde est en marche

Sur une route à grande vitesse, sans cesse

Dis-moi, que va-t-on laisser comme trace ?

Juste une empreinte sur la glace

Tandis que le froid nous blesse, sans cesse

Amir Yo Busqué

You, you

Yo busqué sin respiro una ambición

¿Por qué una motivación?

Busqué el sentido del amor, lo busqué

¿Cuál es mi verdadero yo?

Si alguien escuchara la voz

Que se esconde en mi corazón

Tú me has dado ganas de continuar

Tú me haces dejar de dudar

Tú venciste el miedo

Que en mis brazos no dormirán nunca más

You

You’re the one that’s making me strong

I’ll be looking, looking for you

Like the melody of my song

You

You’re the one that’s making me strong

I’ll be looking, looking for you

Like the melody of my song

Yo busqué un punto de inflexión

A mi mundo partido en dos

Sin saber que hay un error

Yo lancé ambas botellas de licor

Fueron tantas tardes de ardor

En mis labios tengo el sabor

Tú me has dado ganas de continuar

Tú me haces dejar de dudar

Tú venciste el miedo

Que en mis brazos no dormirán nunca más

You

You’re the one that’s making me strong

I’ll be looking, looking for you

Like the melody of my song

You

You’re the one that’s making me strong

I’ll be looking, looking for you

Like the melody of my song

Más allá de tu dolor

Y de tu desilusión

Es cuando no te esperas tú

Que encontraras un paraíso azul

Oh, you, you, you, you

You

You’re the one that’s making me strong

I’ll be looking, looking for you

Like the melody of my song

Like the melody of my song

Tú me has dado ganas de continuar

Tú me haces dejar de dudar

Tú venciste el miedo

Que en mis brazos no dormirá nunca más

You

You’re the one that’s making me strong

I’ll be looking, looking, looking for you

Like the melody of my song

You

Amir Le Cœur Dans Les Cordes

La vie ne prend jamais de gants, non

La vie te pend au fil des désillusions

Elle a frappé, t’étais pas prêt

Mais redresse-toi, avance et on verra après

Sois tu plonges au premier coup qu’on te donne

Sois t’esquives et tu te bats même quand t’es sonné

Tu t’en fous mais nous on t’aime comme personne

Et tu te laisses vivre mais on ne va pas te laisser tomber

Tu promènes tes sanglots, tes sanglots, tes sanglots

T’es K.O. une larme encore et t’as le cœur qui déborde

T’es K.O. faut se relever même le cœur dans les cordes

Dans les cordes, dans les cordes, dans les cordes

La vie ne prend jamais le temps, non

Quand toi tu traînes, elle ne freine pas pour autant

T’entends même plus les coups de klaxon

Y’a pas d’airbag prévu pour les âmes qui déconnent

Tu te soustrais à toutes les chances qu’on te donne

Multiplie les incidents de parcours

Sur la route, les heures de pluies s’additionnent

Et divisent toute la beauté de tes jours

Tu calcules tes sanglots, tes sanglots, tes sanglots

T’es K.O. une larme encore et t’as le cœur qui déborde

T’es K.O. faut se relever même le cœur dans les cordes

Dans les cordes, dans les cordes, dans les cordes

Des hématomes colorent mon corps d’une tonne de jolies couleurs

Comme un fantôme, j’veux traverser les murs de la vie sans douleur

T’es K.O. une larme encore et t’as le cœur qui déborde

T’es K.O. faut se relever même le cœur dans les cordes

Dans les cordes, dans les cordes, dans les cordes

T’es K.O.

T’es K.O. faut se relever même le cœur dans les cordes

Dans les cordes, dans les cordes, dans les cordes

Amir Sors De Ma Tête

Je t’appelle, je t’appelle

On s’est pris une vague de trop

On a fait tanguer le bateau, on met les voiles

J’suis parti, j’avais les yeux mouillés

Dans le bonheur, j’t’ai vu nager

Moi le naufragé sans escale

Les paradis artificiels et tous les pseudos 7ème ciel

J’ai tous voulu les traverser pour me sentir bercé par l’amour éternel

Que l’on n’a pas su se donner, mon cœur est encore étonné

Mais je n’oublie rien de tes mains, de ta voix, de tes pas

Sors de ma tête, de ma peau sors

J’suis plus qu’un corps au bord de l’eau

Sors de ma tête, j’essaie encore

Mais j’suis moins fort que ton écho

Et je t’appelle, je t’appelle, je t’appelle

Je t’appelle, je t’appelle, je t’appelle

J’ai versé une larme de trop

J’ai failli noyer mon égo, ça m’est égal

Pour tous les jolis mots qu’tu voulais

Y’a rien à faire je suis rouillé

J’ai trop de clous sous mes écailles

Les paradis artificiels ont la couleur du 7ème ciel

Mais quand la douleur nous noircit on finit indécis si loin de l’essentiel

Que l’on n’a pas su se donner ou qu’on n’a pas su pardonner

Mes ailes se brisent et me disent que tout est envolé

Sors de ma tête, de ma peau sors

J’suis plus qu’un corps au bord de l’eau

Sors de ma tête, j’essaie encore

Mais j’suis moins fort que ton écho

Et je t’appelle (et je t’appelle), je t’appelle, je t’appelle

Je t’appelle, je t’appelle, je t’appelle

Ton écho qui m’écorche sous l’écorce je m’efforce de l’oublier

Ton écho n’a même plus de mots

Sors de ma tête, de ma peau sors

J’suis plus qu’un corps au bord de l’eau

Sors de ma tête, j’essaie encore

Mais j’suis moins fort que ton écho

Et je t’appelle, je t’appelle, je t’appelle

Je t’appelle, je t’appelle, je t’appelle

Amir Idéale Idylle

Combien de nuits il nous reste ? Combien de tendres gestes ?

Est-ce qu’on a passé la moitié de l’histoire ?

Sans le savoir, peut-être il faudra se soumettre

À l’amour qui meurt et largue les amarres

Si demain elle tombait de haut, haut

Notre idéale idylle, idéale idylle

On marche sur un fil, on marche sur un fil

Ma belle insolente, si la nuit est lente

Peut-elle durer toute une vie ?

Mes jours se suspendent à ton corps qui tremble

Tes yeux couleur insomnie

Ma belle insolente quand ta peau me tente

Tu fais renaître l’envie

La nuit nous aimante mais les jours nous mentent

Dans mon cœur c’est l’incendie

Encore un peu d’ivresse avant que l’on se laisse

Tout est lourd quand pour l’amour il se fait tard

Le destin nous bouscule, si demain tout bascule

J’irai chercher une obscure lueur d’espoir

Je ne veux pas qu’elle tombe de haut, haut

Notre idéale idylle, idéale idylle

Le bonheur est fragile, le bonheur est fragile

Ma belle insolente, si la nuit est lente

Peut-elle durer toute une vie ?

Mes jours se suspendent à ton corps qui tremble

Tes yeux couleur insomnie

Je suis insolente quand ta peau me tente

Tu fais renaître l’envie

La nuit nous aimante mais les jours nous mentent

Dans mon cœur c’est l’incendie

On se donne des coups, on se pardonne

Assumés mais insoumis

On se donne quand la vie nous questionne

Sur ce qu’on s’était promis

Il reste un feu qui nous lie

Je ne suis plus qu’incendie

Ma belle insolente, si la nuit est lente

Peut-elle durer toute une vie ?

Mes jours se suspendent à ton corps qui tremble

Tes yeux couleur insomnie

Je suis insolente quand ta peau me tente

Tu fais renaître l’envie

La nuit nous aimante mais les jours nous mentent

Dans mon cœur c’est l’incendie

Amir Que Le Temps S’arrête

Y’a tous ces rêves que je veux vivre éveillé

J’ai 24 heures pour essayer

Demain seront-ils balayés ?

Y’a ces histoires que je veux vous raconter

Y’a toutes ces peurs que je veux dompter

Avant de rire à leur santé

Ton corps loge dans l’horloge de mes pensées

Je vois les aiguilles danser

Que le temps s’arrête, que le temps s’arrête

J’veux traverser le monde en long, en large, en travers

Explorer mes années jusqu’à ce qu’elles deviennent lumière

Sans jamais voir faner ni les roses, ni les prières

Que le temps s’arrête, que le temps s’arrête

J’veux traverser la vie quitte à marcher de travers

La chance est de sortie, ce soir elle te paie un verre

Et si apprécie, on trinque même à nos hivers

Y’a toutes mes peaux par des flashs traversés

Ces mélodies que j’ai versé

Y’a toutes ces larmes qui m’ont bercé

J’ai marché sur tant de fils barbelés

Entre deux mondes écartelés

À mesure que tu m’appelais

Ton corps loge dans l’horloge d’une vie passée

Avant qu’on soit dépassés

Que le temps s’arrête, que le temps s’arrête

J’veux traverser le monde en long, en large, en travers

Explorer mes années jusqu’à ce qu’elles deviennent lumière

Sans jamais voir faner ni les roses, ni les prières

Que le temps s’arrête, que le temps s’arrête

J’veux traverser la vie quitte à marcher de travers

La chance est de sortie, ce soir elle te paie un verre

Et si apprécie, on trinque même à nos hivers

Une pente qui nous plante le long des heures éreintées

On s’attire, on se tente dans des décors qui mentent

Si on court, si on court, on finira éreintés

Que le temps s’arrête, que le temps s’arrête

J’veux traverser le monde en long, en large, en travers

Explorer mes années jusqu’à ce qu’elles deviennent lumière

Sans jamais voir faner ni les roses, ni les prières

Que le temps s’arrête, que le temps s’arrête

J’veux traverser la vie quitte à marcher de travers

La chance est de sortie, ce soir elle te paie un verre

Et si apprécie, on trinque même à nos hivers

Amir Le Cœur Dans Les Cordes

La vie ne prend jamais de gants, non

La vie te pend au fil des désillusions

Elle a frappé, t’étais pas prêt

Mais redresse-toi, avance et on verra après

Sois tu plonges au premier coup qu’on te donne

Sois t’esquives et tu te bats même quand t’es sonné

Tu t’en fous mais nous on t’aime comme personne

Et tu te laisses vivre mais on ne va pas te laisser tomber

Tu promènes tes sanglots, tes sanglots, tes sanglots

T’es K.O. une larme encore et t’as le cœur qui déborde

T’es K.O. faut se relever même le cœur dans les cordes

Dans les cordes, dans les cordes, dans les cordes

La vie ne prend jamais le temps, non

Quand toi tu traînes, elle ne freine pas pour autant

T’entends même plus les coups de klaxon

Y’a pas d’airbag prévu pour les âmes qui déconnent

Tu te soustrais à toutes les chances qu’on te donne

Multiplie les incidents de parcours

Sur la route, les heures de pluies s’additionnent

Et divisent toute la beauté de tes jours

Tu calcules tes sanglots, tes sanglots, tes sanglots

T’es K.O. une larme encore et t’as le cœur qui déborde

T’es K.O. faut se relever même le cœur dans les cordes

Dans les cordes, dans les cordes, dans les cordes

Des hématomes colorent mon corps d’une tonne de jolies couleurs

Comme un fantôme, j’veux traverser les murs de la vie sans douleur

T’es K.O. une larme encore et t’as le cœur qui déborde

T’es K.O. faut se relever même le cœur dans les cordes

Dans les cordes, dans les cordes, dans les cordes

T’es K.O.

T’es K.O. faut se relever même le cœur dans les cordes

Dans les cordes, dans les cordes, dans les cordes

Amir Laisse La Vie Faire

On vit tous les mêmes scènes,

Les poches pleines de nos peines et le vide au fond

On se déchire, on se démène,

On attend que la vie vienne nous bercer d’illusions

On est comme la rivière,

On a peur de l’hiver quand nos rires s’en vont

On finit par le voir

À moitié plein le verre, accepter nos saisons

On compte, on compte, on compte sur demain

On compte sur le retard du train

Le train du temps qui va trop vite

On compte, on compte sur soi ou sur les autres

On compte les points, on compte les fautes

Mais il n’y a pas vraiment d’arbitre

Laisse-la, laisse-la vie faire

Elle te guérit de tout, tout au fond

Laisse-la, laisse-la vie faire

Elle a, elle a de l’imagination

Laisse-la, laisse-la vie faire

Ferme les yeux pour avoir la vision

Si parfois ton cœur vocifère

Elle imagine un nouvel horizon

Laisse-la, laisse-la

Laisse-la, laisse-la

On se condamne, on se pardonne,

On se damne, on se donne des sourires d’acteur

On s élime, on s’allume,

Rendez-vous sur la Lune, oublie l’apesanteur

Le présent méprisant

Laissera place au mouvement d’un futur meilleur

Le pendule nous bouscule

On se cherche une bulle pour arrêter les heures

On monte, on monte, on monte vers les cieux

L’absence plantée comme un pieu

On s’habitue à nos épines

On monte, on monte et même aimanté par le bas

Si le bonheur ne parle pas,

Il y a sa voix que l’on devine

Laisse-la, laisse-la

Laisse-la, laisse-la

Laisse-la, laisse-la vie faire

Elle te guérit de tout, tout au fond

Laisse-la, laisse-la vie faire

Elle a, elle a de l’imagination

Laisse-la, laisse-la vie faire

Ferme les yeux pour avoir la vision

Si parfois ton cœur vocifère

Elle imagine un nouvel horizon

Laisse-la, laisse-la

Laisse-la, laisse-la

Laisse-la, laisse-la

Laisse-la, laisse-la

Faut qu’on capture, capture, capture chaque palpitation

Mettons cap sur, cap sur l’azur sans hésitation

Dans la capsule, capsule, capsule en lévitation

Mettons cap sur, cap sur l’azur de nos vibrations

Laisse-la, laisse-la

Laisse-la, laisse-la

Laisse-la, laisse-la

Laisse-la, laisse-la

Laisse-la, laisse-la vie faire

Elle te guérit de tout, tout au fond

Laisse-la, laisse-la vie faire

Elle a, elle a de l’imagination

Laisse-la, laisse-la vie faire

Ferme les yeux pour avoir la vision

Si parfois ton cœur vocifère

Elle imagine un nouvel horizon

Laisse-la, laisse-la

Laisse-la, laisse-la

Laisse-la, laisse-la vie faire (laisse-la, laisse-la)

Laisse-la, laisse-la vie faire (laisse-la, laisse-la)

Amir Le Cœur Dans Les Cordes

La vie ne prend jamais de gants, non

La vie te pend au fil des désillusions

Elle a frappé, t’étais pas prêt

Mais redresse-toi, avance et on verra après

Sois tu plonges au premier coup qu’on te donne

Sois t’esquives et tu te bats même quand t’es sonné

Tu t’en fous mais nous on t’aime comme personne

Et tu te laisses vivre mais on ne va pas te laisser tomber

Tu promènes tes sanglots, tes sanglots, tes sanglots

T’es K.O. une larme encore et t’as le cœur qui déborde

T’es K.O. faut se relever même le cœur dans les cordes

Dans les cordes, dans les cordes, dans les cordes

La vie ne prend jamais le temps, non

Quand toi tu traînes, elle ne freine pas pour autant

T’entends même plus les coups de klaxon

Y’a pas d’airbag prévu pour les âmes qui déconnent

Tu te soustrais à toutes les chances qu’on te donne

Multiplie les incidents de parcours

Sur la route, les heures de pluies s’additionnent

Et divisent toute la beauté de tes jours

Tu calcules tes sanglots, tes sanglots, tes sanglots

T’es K.O. une larme encore et t’as le cœur qui déborde

T’es K.O. faut se relever même le cœur dans les cordes

Dans les cordes, dans les cordes, dans les cordes

Des hématomes colorent mon corps d’une tonne de jolies couleurs

Comme un fantôme, j’veux traverser les murs de la vie sans douleur

T’es K.O. une larme encore et t’as le cœur qui déborde

T’es K.O. faut se relever même le cœur dans les cordes

Dans les cordes, dans les cordes, dans les cordes

T’es K.O.

T’es K.O. faut se relever même le cœur dans les cordes

Dans les cordes, dans les cordes, dans les cordes

Amir J’ai Cherché

You, you

J’ai cherché un sens à mon existence

J’y ai laissé mon innocence

J’ai fini le cœur sans défense

J’ai cherché l’amour et la reconnaissance

J’ai payé le prix du silence

Je me blesse et je recommence

Tu m’as comme donné l’envie d’être moi

Donné un sens à mes pourquoi

Tu as tué la peur qui dormait là

Qui dormait là dans mes bras

You

You’re the one that’s making me strong

I’ll be looking, looking for you

Like the melody of my song

You

You’re the one that’s making me strong

I’ll be looking, looking for you

Like the melody of my song

J’ai cherché un sens, un point de repère

Partagé en deux hémisphères

Comme une erreur de l’univers

J’ai jeté tellement de bouteille à la mer

J’ai bu tant de liqueurs amères

Que j’en ai les lèvres de pierre

Tu m’as comme donné l’envie d’être moi

Donné un sens à mes pourquoi

Tu as tué la peur qui dormait là

Qui dormait là dans mes bras

You

You’re the one that’s making me strong

I’ll be looking, looking for you

Like the melody of my song

You

You’re the one that’s making me strong

I’ll be looking, looking for you

Like the melody of my song

Au gré de nos blessures

Et de nos désinvoltures

C’est quand on n’y croit plus du tout

Qu’on trouve un paradis perdu en nous

Oh, you, you, you, you

You

You’re the one that’s making me strong

I’ll be looking, looking for you

Like the melody of my song

Like the melody of my song

Tu m’as comme donné l’envie d’être moi

Donné un sens à mes pourquoi (You)

Tu as tué la peur qui dormait là

Qui dormait là dans mes bras

You

You’re the one that’s making me strong

I’ll be looking, looking, looking for you

Like the melody of my song

You