Deluxe A L’heure Où

Il y a peut être l’amour, mais je crois que l’amour sans la chanson pour moi, ça ne peut pas aider non plus.

La chanson sans l’amour non plus, il faut les deux.

Alors vous disiez: si je ne peux plus chanter, autant que ça soit fini?

À l’heure où les coups se déchaînent au fond des bars malfamés

Que le tam tam raisonne du fond de l’estomac d’un affamé

Quand l’assoiffé titube le long des trottoirs sombres

Que l’avidité le frappe là froidement sans pitié ni regret

Quand le dernier flash annonce fièrement ses derniers morts

Que la haine mène au score mais que la peur se rapproche dans un ultime effort

À l’heure où les rêves naissent embellissants les nuits des mômes

Les cauchemars eux, depuis bien longtemps partagent le lit des hommes

À l’heure où la lune se révèle souveraine et éclatante

Eclairant les pas des pommés et autres âmes errantes

Quand l’ultime cigarette termine sa vie dans l’cendrier

Et qu’les derniers guerriers s’écroulent dûrement touchés par l’canapé

Quand le dernier coup de minuit sonne, que toutes les rues s’ennuient

Un tas de mots tournoie dans ma tête, j’les sens accrochés à l’esprit

À l’heure où les coeurs se rapprochent où les lumières s’éteignent

À l’heure où les corps s’entremêlent moi j’attends q’tu m’emmènes

Cat in shining armor

Sleek was your departure

I don’t want no replacement

Smelly imitation

Spider out the basements

Cat in shining armor

Sleek was your departure

You wear the same face

And drive the same frame

And turn me insane now

À l’heure où tant d’âmes se demandent si l’monde tiendra ainsi

Encore un instant investi par les armes et les cendres

Des nuages noirs planent sur un amas d’existence

La résistance apparaît comme seule évidence

Vérité à narrer, le chant de nos erreurs raisonne

À l’heure où des armées d’esquifs à nos côtes amarraient

Tracent une esquisse d’un idéal sur sa peau halée

Tant de vestige écroulé sous l’assaut d’l’eau salée

Larmes de joie ou de peine ruissellent en ces phrases

On chante ce blues sur les toits comme le fait O’Malley

Rangés dans les cases à l’heure ou les ailes devaient s’ouvrir

Le monde est ainsi fait qu’aimer fort amène à souffrir

D’où tant de vengeance de beat payback

Soit on vise la Maybach soit la vie laid back

Et comme un pied de nez à ceux qui tressent ma corde

À l’heure où les volets se closent toi tu pousses ma porte

Cat in shining armor

Sleek was your departure

I don’t want no replacement

Smelly imitation

Spider out the basements

Cat in shining armor

Sleek was your departure

You wear the same face

And drive the same frame

And turn me insane now

Cat in shining armor

Sleek was your departure

I don’t want no replacement

Smelly imitation

Spider out the basements

Cat in shining armor

Sleek was your departure

You wear the same face

And drive the same frame

And turn me insane now

Deluxe A L’heure Où

Il y a peut être l’amour, mais je crois que l’amour sans la chanson pour moi, ça ne peut pas aider non plus.

La chanson sans l’amour non plus, il faut les deux.

Alors vous disiez: si je ne peux plus chanter, autant que ça soit fini?

À l’heure où les coups se déchaînent au fond des bars malfamés

Que le tam tam raisonne du fond de l’estomac d’un affamé

Quand l’assoiffé titube le long des trottoirs sombres

Que l’avidité le frappe là froidement sans pitié ni regret

Quand le dernier flash annonce fièrement ses derniers morts

Que la haine mène au score mais que la peur se rapproche dans un ultime effort

À l’heure où les rêves naissent embellissants les nuits des mômes

Les cauchemars eux, depuis bien longtemps partagent le lit des hommes

À l’heure où la lune se révèle souveraine et éclatante

Eclairant les pas des pommés et autres âmes errantes

Quand l’ultime cigarette termine sa vie dans l’cendrier

Et qu’les derniers guerriers s’écroulent dûrement touchés par l’canapé

Quand le dernier coup de minuit sonne, que toutes les rues s’ennuient

Un tas de mots tournoie dans ma tête, j’les sens accrochés à l’esprit

À l’heure où les coeurs se rapprochent où les lumières s’éteignent

À l’heure où les corps s’entremêlent moi j’attends q’tu m’emmènes

Cat in shining armor

Sleek was your departure

I don’t want no replacement

Smelly imitation

Spider out the basements

Cat in shining armor

Sleek was your departure

You wear the same face

And drive the same frame

And turn me insane now

À l’heure où tant d’âmes se demandent si l’monde tiendra ainsi

Encore un instant investi par les armes et les cendres

Des nuages noirs planent sur un amas d’existence

La résistance apparaît comme seule évidence

Vérité à narrer, le chant de nos erreurs raisonne

À l’heure où des armées d’esquifs à nos côtes amarraient

Tracent une esquisse d’un idéal sur sa peau halée

Tant de vestige écroulé sous l’assaut d’l’eau salée

Larmes de joie ou de peine ruissellent en ces phrases

On chante ce blues sur les toits comme le fait O’Malley

Rangés dans les cases à l’heure ou les ailes devaient s’ouvrir

Le monde est ainsi fait qu’aimer fort amène à souffrir

D’où tant de vengeance de beat payback

Soit on vise la Maybach soit la vie laid back

Et comme un pied de nez à ceux qui tressent ma corde

À l’heure où les volets se closent toi tu pousses ma porte

Cat in shining armor

Sleek was your departure

I don’t want no replacement

Smelly imitation

Spider out the basements

Cat in shining armor

Sleek was your departure

You wear the same face

And drive the same frame

And turn me insane now

Cat in shining armor

Sleek was your departure

I don’t want no replacement

Smelly imitation

Spider out the basements

Cat in shining armor

Sleek was your departure

You wear the same face

And drive the same frame

And turn me insane now

Deluxe A L’heure Où

Il y a peut être l’amour, mais je crois que l’amour sans la chanson pour moi, ça ne peut pas aider non plus.

La chanson sans l’amour non plus, il faut les deux.

Alors vous disiez: si je ne peux plus chanter, autant que ça soit fini?

À l’heure où les coups se déchaînent au fond des bars malfamés

Que le tam tam raisonne du fond de l’estomac d’un affamé

Quand l’assoiffé titube le long des trottoirs sombres

Que l’avidité le frappe là froidement sans pitié ni regret

Quand le dernier flash annonce fièrement ses derniers morts

Que la haine mène au score mais que la peur se rapproche dans un ultime effort

À l’heure où les rêves naissent embellissants les nuits des mômes

Les cauchemars eux, depuis bien longtemps partagent le lit des hommes

À l’heure où la lune se révèle souveraine et éclatante

Eclairant les pas des pommés et autres âmes errantes

Quand l’ultime cigarette termine sa vie dans l’cendrier

Et qu’les derniers guerriers s’écroulent dûrement touchés par l’canapé

Quand le dernier coup de minuit sonne, que toutes les rues s’ennuient

Un tas de mots tournoie dans ma tête, j’les sens accrochés à l’esprit

À l’heure où les coeurs se rapprochent où les lumières s’éteignent

À l’heure où les corps s’entremêlent moi j’attends q’tu m’emmènes

Cat in shining armor

Sleek was your departure

I don’t want no replacement

Smelly imitation

Spider out the basements

Cat in shining armor

Sleek was your departure

You wear the same face

And drive the same frame

And turn me insane now

À l’heure où tant d’âmes se demandent si l’monde tiendra ainsi

Encore un instant investi par les armes et les cendres

Des nuages noirs planent sur un amas d’existence

La résistance apparaît comme seule évidence

Vérité à narrer, le chant de nos erreurs raisonne

À l’heure où des armées d’esquifs à nos côtes amarraient

Tracent une esquisse d’un idéal sur sa peau halée

Tant de vestige écroulé sous l’assaut d’l’eau salée

Larmes de joie ou de peine ruissellent en ces phrases

On chante ce blues sur les toits comme le fait O’Malley

Rangés dans les cases à l’heure ou les ailes devaient s’ouvrir

Le monde est ainsi fait qu’aimer fort amène à souffrir

D’où tant de vengeance de beat payback

Soit on vise la Maybach soit la vie laid back

Et comme un pied de nez à ceux qui tressent ma corde

À l’heure où les volets se closent toi tu pousses ma porte

Cat in shining armor

Sleek was your departure

I don’t want no replacement

Smelly imitation

Spider out the basements

Cat in shining armor

Sleek was your departure

You wear the same face

And drive the same frame

And turn me insane now

Cat in shining armor

Sleek was your departure

I don’t want no replacement

Smelly imitation

Spider out the basements

Cat in shining armor

Sleek was your departure

You wear the same face

And drive the same frame

And turn me insane now

Deluxe A L’heure Où

Il y a peut être l’amour, mais je crois que l’amour sans la chanson pour moi, ça ne peut pas aider non plus.

La chanson sans l’amour non plus, il faut les deux.

Alors vous disiez: si je ne peux plus chanter, autant que ça soit fini?

À l’heure où les coups se déchaînent au fond des bars malfamés

Que le tam tam raisonne du fond de l’estomac d’un affamé

Quand l’assoiffé titube le long des trottoirs sombres

Que l’avidité le frappe là froidement sans pitié ni regret

Quand le dernier flash annonce fièrement ses derniers morts

Que la haine mène au score mais que la peur se rapproche dans un ultime effort

À l’heure où les rêves naissent embellissants les nuits des mômes

Les cauchemars eux, depuis bien longtemps partagent le lit des hommes

À l’heure où la lune se révèle souveraine et éclatante

Eclairant les pas des pommés et autres âmes errantes

Quand l’ultime cigarette termine sa vie dans l’cendrier

Et qu’les derniers guerriers s’écroulent dûrement touchés par l’canapé

Quand le dernier coup de minuit sonne, que toutes les rues s’ennuient

Un tas de mots tournoie dans ma tête, j’les sens accrochés à l’esprit

À l’heure où les coeurs se rapprochent où les lumières s’éteignent

À l’heure où les corps s’entremêlent moi j’attends q’tu m’emmènes

Cat in shining armor

Sleek was your departure

I don’t want no replacement

Smelly imitation

Spider out the basements

Cat in shining armor

Sleek was your departure

You wear the same face

And drive the same frame

And turn me insane now

À l’heure où tant d’âmes se demandent si l’monde tiendra ainsi

Encore un instant investi par les armes et les cendres

Des nuages noirs planent sur un amas d’existence

La résistance apparaît comme seule évidence

Vérité à narrer, le chant de nos erreurs raisonne

À l’heure où des armées d’esquifs à nos côtes amarraient

Tracent une esquisse d’un idéal sur sa peau halée

Tant de vestige écroulé sous l’assaut d’l’eau salée

Larmes de joie ou de peine ruissellent en ces phrases

On chante ce blues sur les toits comme le fait O’Malley

Rangés dans les cases à l’heure ou les ailes devaient s’ouvrir

Le monde est ainsi fait qu’aimer fort amène à souffrir

D’où tant de vengeance de beat payback

Soit on vise la Maybach soit la vie laid back

Et comme un pied de nez à ceux qui tressent ma corde

À l’heure où les volets se closent toi tu pousses ma porte

Cat in shining armor

Sleek was your departure

I don’t want no replacement

Smelly imitation

Spider out the basements

Cat in shining armor

Sleek was your departure

You wear the same face

And drive the same frame

And turn me insane now

Cat in shining armor

Sleek was your departure

I don’t want no replacement

Smelly imitation

Spider out the basements

Cat in shining armor

Sleek was your departure

You wear the same face

And drive the same frame

And turn me insane now

Deluxe A L’heure Où

Il y a peut être l’amour, mais je crois que l’amour sans la chanson pour moi, ça ne peut pas aider non plus.

La chanson sans l’amour non plus, il faut les deux.

Alors vous disiez: si je ne peux plus chanter, autant que ça soit fini?

À l’heure où les coups se déchaînent au fond des bars malfamés

Que le tam tam raisonne du fond de l’estomac d’un affamé

Quand l’assoiffé titube le long des trottoirs sombres

Que l’avidité le frappe là froidement sans pitié ni regret

Quand le dernier flash annonce fièrement ses derniers morts

Que la haine mène au score mais que la peur se rapproche dans un ultime effort

À l’heure où les rêves naissent embellissants les nuits des mômes

Les cauchemars eux, depuis bien longtemps partagent le lit des hommes

À l’heure où la lune se révèle souveraine et éclatante

Eclairant les pas des pommés et autres âmes errantes

Quand l’ultime cigarette termine sa vie dans l’cendrier

Et qu’les derniers guerriers s’écroulent dûrement touchés par l’canapé

Quand le dernier coup de minuit sonne, que toutes les rues s’ennuient

Un tas de mots tournoie dans ma tête, j’les sens accrochés à l’esprit

À l’heure où les coeurs se rapprochent où les lumières s’éteignent

À l’heure où les corps s’entremêlent moi j’attends q’tu m’emmènes

Cat in shining armor

Sleek was your departure

I don’t want no replacement

Smelly imitation

Spider out the basements

Cat in shining armor

Sleek was your departure

You wear the same face

And drive the same frame

And turn me insane now

À l’heure où tant d’âmes se demandent si l’monde tiendra ainsi

Encore un instant investi par les armes et les cendres

Des nuages noirs planent sur un amas d’existence

La résistance apparaît comme seule évidence

Vérité à narrer, le chant de nos erreurs raisonne

À l’heure où des armées d’esquifs à nos côtes amarraient

Tracent une esquisse d’un idéal sur sa peau halée

Tant de vestige écroulé sous l’assaut d’l’eau salée

Larmes de joie ou de peine ruissellent en ces phrases

On chante ce blues sur les toits comme le fait O’Malley

Rangés dans les cases à l’heure ou les ailes devaient s’ouvrir

Le monde est ainsi fait qu’aimer fort amène à souffrir

D’où tant de vengeance de beat payback

Soit on vise la Maybach soit la vie laid back

Et comme un pied de nez à ceux qui tressent ma corde

À l’heure où les volets se closent toi tu pousses ma porte

Cat in shining armor

Sleek was your departure

I don’t want no replacement

Smelly imitation

Spider out the basements

Cat in shining armor

Sleek was your departure

You wear the same face

And drive the same frame

And turn me insane now

Cat in shining armor

Sleek was your departure

I don’t want no replacement

Smelly imitation

Spider out the basements

Cat in shining armor

Sleek was your departure

You wear the same face

And drive the same frame

And turn me insane now

Deluxe A L’heure Où

Il y a peut être l’amour, mais je crois que l’amour sans la chanson pour moi, ça ne peut pas aider non plus.

La chanson sans l’amour non plus, il faut les deux.

Alors vous disiez: si je ne peux plus chanter, autant que ça soit fini?

À l’heure où les coups se déchaînent au fond des bars malfamés

Que le tam tam raisonne du fond de l’estomac d’un affamé

Quand l’assoiffé titube le long des trottoirs sombres

Que l’avidité le frappe là froidement sans pitié ni regret

Quand le dernier flash annonce fièrement ses derniers morts

Que la haine mène au score mais que la peur se rapproche dans un ultime effort

À l’heure où les rêves naissent embellissants les nuits des mômes

Les cauchemars eux, depuis bien longtemps partagent le lit des hommes

À l’heure où la lune se révèle souveraine et éclatante

Eclairant les pas des pommés et autres âmes errantes

Quand l’ultime cigarette termine sa vie dans l’cendrier

Et qu’les derniers guerriers s’écroulent dûrement touchés par l’canapé

Quand le dernier coup de minuit sonne, que toutes les rues s’ennuient

Un tas de mots tournoie dans ma tête, j’les sens accrochés à l’esprit

À l’heure où les coeurs se rapprochent où les lumières s’éteignent

À l’heure où les corps s’entremêlent moi j’attends q’tu m’emmènes

Cat in shining armor

Sleek was your departure

I don’t want no replacement

Smelly imitation

Spider out the basements

Cat in shining armor

Sleek was your departure

You wear the same face

And drive the same frame

And turn me insane now

À l’heure où tant d’âmes se demandent si l’monde tiendra ainsi

Encore un instant investi par les armes et les cendres

Des nuages noirs planent sur un amas d’existence

La résistance apparaît comme seule évidence

Vérité à narrer, le chant de nos erreurs raisonne

À l’heure où des armées d’esquifs à nos côtes amarraient

Tracent une esquisse d’un idéal sur sa peau halée

Tant de vestige écroulé sous l’assaut d’l’eau salée

Larmes de joie ou de peine ruissellent en ces phrases

On chante ce blues sur les toits comme le fait O’Malley

Rangés dans les cases à l’heure ou les ailes devaient s’ouvrir

Le monde est ainsi fait qu’aimer fort amène à souffrir

D’où tant de vengeance de beat payback

Soit on vise la Maybach soit la vie laid back

Et comme un pied de nez à ceux qui tressent ma corde

À l’heure où les volets se closent toi tu pousses ma porte

Cat in shining armor

Sleek was your departure

I don’t want no replacement

Smelly imitation

Spider out the basements

Cat in shining armor

Sleek was your departure

You wear the same face

And drive the same frame

And turn me insane now

Cat in shining armor

Sleek was your departure

I don’t want no replacement

Smelly imitation

Spider out the basements

Cat in shining armor

Sleek was your departure

You wear the same face

And drive the same frame

And turn me insane now

Deluxe A L’heure Où

Il y a peut être l’amour, mais je crois que l’amour sans la chanson pour moi, ça ne peut pas aider non plus.

La chanson sans l’amour non plus, il faut les deux.

Alors vous disiez: si je ne peux plus chanter, autant que ça soit fini?

À l’heure où les coups se déchaînent au fond des bars malfamés

Que le tam tam raisonne du fond de l’estomac d’un affamé

Quand l’assoiffé titube le long des trottoirs sombres

Que l’avidité le frappe là froidement sans pitié ni regret

Quand le dernier flash annonce fièrement ses derniers morts

Que la haine mène au score mais que la peur se rapproche dans un ultime effort

À l’heure où les rêves naissent embellissants les nuits des mômes

Les cauchemars eux, depuis bien longtemps partagent le lit des hommes

À l’heure où la lune se révèle souveraine et éclatante

Eclairant les pas des pommés et autres âmes errantes

Quand l’ultime cigarette termine sa vie dans l’cendrier

Et qu’les derniers guerriers s’écroulent dûrement touchés par l’canapé

Quand le dernier coup de minuit sonne, que toutes les rues s’ennuient

Un tas de mots tournoie dans ma tête, j’les sens accrochés à l’esprit

À l’heure où les coeurs se rapprochent où les lumières s’éteignent

À l’heure où les corps s’entremêlent moi j’attends q’tu m’emmènes

Cat in shining armor

Sleek was your departure

I don’t want no replacement

Smelly imitation

Spider out the basements

Cat in shining armor

Sleek was your departure

You wear the same face

And drive the same frame

And turn me insane now

À l’heure où tant d’âmes se demandent si l’monde tiendra ainsi

Encore un instant investi par les armes et les cendres

Des nuages noirs planent sur un amas d’existence

La résistance apparaît comme seule évidence

Vérité à narrer, le chant de nos erreurs raisonne

À l’heure où des armées d’esquifs à nos côtes amarraient

Tracent une esquisse d’un idéal sur sa peau halée

Tant de vestige écroulé sous l’assaut d’l’eau salée

Larmes de joie ou de peine ruissellent en ces phrases

On chante ce blues sur les toits comme le fait O’Malley

Rangés dans les cases à l’heure ou les ailes devaient s’ouvrir

Le monde est ainsi fait qu’aimer fort amène à souffrir

D’où tant de vengeance de beat payback

Soit on vise la Maybach soit la vie laid back

Et comme un pied de nez à ceux qui tressent ma corde

À l’heure où les volets se closent toi tu pousses ma porte

Cat in shining armor

Sleek was your departure

I don’t want no replacement

Smelly imitation

Spider out the basements

Cat in shining armor

Sleek was your departure

You wear the same face

And drive the same frame

And turn me insane now

Cat in shining armor

Sleek was your departure

I don’t want no replacement

Smelly imitation

Spider out the basements

Cat in shining armor

Sleek was your departure

You wear the same face

And drive the same frame

And turn me insane now

Deluxe A L’heure Où

Il y a peut être l’amour, mais je crois que l’amour sans la chanson pour moi, ça ne peut pas aider non plus.

La chanson sans l’amour non plus, il faut les deux.

Alors vous disiez: si je ne peux plus chanter, autant que ça soit fini?

À l’heure où les coups se déchaînent au fond des bars malfamés

Que le tam tam raisonne du fond de l’estomac d’un affamé

Quand l’assoiffé titube le long des trottoirs sombres

Que l’avidité le frappe là froidement sans pitié ni regret

Quand le dernier flash annonce fièrement ses derniers morts

Que la haine mène au score mais que la peur se rapproche dans un ultime effort

À l’heure où les rêves naissent embellissants les nuits des mômes

Les cauchemars eux, depuis bien longtemps partagent le lit des hommes

À l’heure où la lune se révèle souveraine et éclatante

Eclairant les pas des pommés et autres âmes errantes

Quand l’ultime cigarette termine sa vie dans l’cendrier

Et qu’les derniers guerriers s’écroulent dûrement touchés par l’canapé

Quand le dernier coup de minuit sonne, que toutes les rues s’ennuient

Un tas de mots tournoie dans ma tête, j’les sens accrochés à l’esprit

À l’heure où les coeurs se rapprochent où les lumières s’éteignent

À l’heure où les corps s’entremêlent moi j’attends q’tu m’emmènes

Cat in shining armor

Sleek was your departure

I don’t want no replacement

Smelly imitation

Spider out the basements

Cat in shining armor

Sleek was your departure

You wear the same face

And drive the same frame

And turn me insane now

À l’heure où tant d’âmes se demandent si l’monde tiendra ainsi

Encore un instant investi par les armes et les cendres

Des nuages noirs planent sur un amas d’existence

La résistance apparaît comme seule évidence

Vérité à narrer, le chant de nos erreurs raisonne

À l’heure où des armées d’esquifs à nos côtes amarraient

Tracent une esquisse d’un idéal sur sa peau halée

Tant de vestige écroulé sous l’assaut d’l’eau salée

Larmes de joie ou de peine ruissellent en ces phrases

On chante ce blues sur les toits comme le fait O’Malley

Rangés dans les cases à l’heure ou les ailes devaient s’ouvrir

Le monde est ainsi fait qu’aimer fort amène à souffrir

D’où tant de vengeance de beat payback

Soit on vise la Maybach soit la vie laid back

Et comme un pied de nez à ceux qui tressent ma corde

À l’heure où les volets se closent toi tu pousses ma porte

Cat in shining armor

Sleek was your departure

I don’t want no replacement

Smelly imitation

Spider out the basements

Cat in shining armor

Sleek was your departure

You wear the same face

And drive the same frame

And turn me insane now

Cat in shining armor

Sleek was your departure

I don’t want no replacement

Smelly imitation

Spider out the basements

Cat in shining armor

Sleek was your departure

You wear the same face

And drive the same frame

And turn me insane now

Deluxe A L’heure Où

Il y a peut être l’amour, mais je crois que l’amour sans la chanson pour moi, ça ne peut pas aider non plus.

La chanson sans l’amour non plus, il faut les deux.

Alors vous disiez: si je ne peux plus chanter, autant que ça soit fini?

À l’heure où les coups se déchaînent au fond des bars malfamés

Que le tam tam raisonne du fond de l’estomac d’un affamé

Quand l’assoiffé titube le long des trottoirs sombres

Que l’avidité le frappe là froidement sans pitié ni regret

Quand le dernier flash annonce fièrement ses derniers morts

Que la haine mène au score mais que la peur se rapproche dans un ultime effort

À l’heure où les rêves naissent embellissants les nuits des mômes

Les cauchemars eux, depuis bien longtemps partagent le lit des hommes

À l’heure où la lune se révèle souveraine et éclatante

Eclairant les pas des pommés et autres âmes errantes

Quand l’ultime cigarette termine sa vie dans l’cendrier

Et qu’les derniers guerriers s’écroulent dûrement touchés par l’canapé

Quand le dernier coup de minuit sonne, que toutes les rues s’ennuient

Un tas de mots tournoie dans ma tête, j’les sens accrochés à l’esprit

À l’heure où les coeurs se rapprochent où les lumières s’éteignent

À l’heure où les corps s’entremêlent moi j’attends q’tu m’emmènes

Cat in shining armor

Sleek was your departure

I don’t want no replacement

Smelly imitation

Spider out the basements

Cat in shining armor

Sleek was your departure

You wear the same face

And drive the same frame

And turn me insane now

À l’heure où tant d’âmes se demandent si l’monde tiendra ainsi

Encore un instant investi par les armes et les cendres

Des nuages noirs planent sur un amas d’existence

La résistance apparaît comme seule évidence

Vérité à narrer, le chant de nos erreurs raisonne

À l’heure où des armées d’esquifs à nos côtes amarraient

Tracent une esquisse d’un idéal sur sa peau halée

Tant de vestige écroulé sous l’assaut d’l’eau salée

Larmes de joie ou de peine ruissellent en ces phrases

On chante ce blues sur les toits comme le fait O’Malley

Rangés dans les cases à l’heure ou les ailes devaient s’ouvrir

Le monde est ainsi fait qu’aimer fort amène à souffrir

D’où tant de vengeance de beat payback

Soit on vise la Maybach soit la vie laid back

Et comme un pied de nez à ceux qui tressent ma corde

À l’heure où les volets se closent toi tu pousses ma porte

Cat in shining armor

Sleek was your departure

I don’t want no replacement

Smelly imitation

Spider out the basements

Cat in shining armor

Sleek was your departure

You wear the same face

And drive the same frame

And turn me insane now

Cat in shining armor

Sleek was your departure

I don’t want no replacement

Smelly imitation

Spider out the basements

Cat in shining armor

Sleek was your departure

You wear the same face

And drive the same frame

And turn me insane now

Deluxe A L’heure Où

Il y a peut être l’amour, mais je crois que l’amour sans la chanson pour moi, ça ne peut pas aider non plus.

La chanson sans l’amour non plus, il faut les deux.

Alors vous disiez: si je ne peux plus chanter, autant que ça soit fini?

À l’heure où les coups se déchaînent au fond des bars malfamés

Que le tam tam raisonne du fond de l’estomac d’un affamé

Quand l’assoiffé titube le long des trottoirs sombres

Que l’avidité le frappe là froidement sans pitié ni regret

Quand le dernier flash annonce fièrement ses derniers morts

Que la haine mène au score mais que la peur se rapproche dans un ultime effort

À l’heure où les rêves naissent embellissants les nuits des mômes

Les cauchemars eux, depuis bien longtemps partagent le lit des hommes

À l’heure où la lune se révèle souveraine et éclatante

Eclairant les pas des pommés et autres âmes errantes

Quand l’ultime cigarette termine sa vie dans l’cendrier

Et qu’les derniers guerriers s’écroulent dûrement touchés par l’canapé

Quand le dernier coup de minuit sonne, que toutes les rues s’ennuient

Un tas de mots tournoie dans ma tête, j’les sens accrochés à l’esprit

À l’heure où les coeurs se rapprochent où les lumières s’éteignent

À l’heure où les corps s’entremêlent moi j’attends q’tu m’emmènes

Cat in shining armor

Sleek was your departure

I don’t want no replacement

Smelly imitation

Spider out the basements

Cat in shining armor

Sleek was your departure

You wear the same face

And drive the same frame

And turn me insane now

À l’heure où tant d’âmes se demandent si l’monde tiendra ainsi

Encore un instant investi par les armes et les cendres

Des nuages noirs planent sur un amas d’existence

La résistance apparaît comme seule évidence

Vérité à narrer, le chant de nos erreurs raisonne

À l’heure où des armées d’esquifs à nos côtes amarraient

Tracent une esquisse d’un idéal sur sa peau halée

Tant de vestige écroulé sous l’assaut d’l’eau salée

Larmes de joie ou de peine ruissellent en ces phrases

On chante ce blues sur les toits comme le fait O’Malley

Rangés dans les cases à l’heure ou les ailes devaient s’ouvrir

Le monde est ainsi fait qu’aimer fort amène à souffrir

D’où tant de vengeance de beat payback

Soit on vise la Maybach soit la vie laid back

Et comme un pied de nez à ceux qui tressent ma corde

À l’heure où les volets se closent toi tu pousses ma porte

Cat in shining armor

Sleek was your departure

I don’t want no replacement

Smelly imitation

Spider out the basements

Cat in shining armor

Sleek was your departure

You wear the same face

And drive the same frame

And turn me insane now

Cat in shining armor

Sleek was your departure

I don’t want no replacement

Smelly imitation

Spider out the basements

Cat in shining armor

Sleek was your departure

You wear the same face

And drive the same frame

And turn me insane now