Lara Fabian Göttingen

Bien sûr, ce n’est pas la Seine,

Ce n’est pas le bois de Vincennes,

Mais c’est bien joli tout de même,

A Göttingen, à Göttingen.

Pas de quais et pas de rengaines

Qui se lamentent et qui se traînent,

Mais l’amour y fleurit quand même,

A Göttingen, à Göttingen.

Ils savent mieux que nous, je pense,

L’histoire de nos rois de France,

Herman, Peter, Helga et Hans,

A Göttingen.

Et que personne ne s’offense,

Mais les contes de notre enfance,

“Il était une fois” commence

A Göttingen.

Bien sûr nous, nous avons la Seine

Et puis notre bois de Vincennes,

Mais Dieu que les roses sont belles

A Göttingen, à Göttingen.

Nous, nous avons nos matins blêmes

Et l’âme grise de Verlaine,

Eux c’est la mélancolie même,

A Göttingen, à Göttingen.

Quand ils ne savent rien nous dire,

Ils restent là à nous sourire

Mais nous les comprenons quand même,

Les enfants blonds de Göttingen.

Et tant pis pour ceux qui s’étonnent

Et que les autres me pardonnent,

Mais les enfants ce sont les mêmes,

A Paris ou à Göttingen.

O faites que jamais ne revienne

Le temps du sang et de la haine

Car il y a des gens que j’aime,

A Göttingen, à Göttingen.

Et lorsque sonnerait l’alarme,

S’il fallait reprendre les armes,

Mon cœur verserait une larme

Pour Göttingen, pour Göttingen.

Mais c’est bien joli tout de même,

A Göttingen, à Göttingen.

Et lorsque sonnerait l’alarme,

S’il fallait reprendre les armes,

Mon cœur verserait une larme

Pour Göttingen, pour Göttingen.

Lara Fabian Mamy Blue

[Refrain:]

Oh Mamy ! Oh Mamy, Mamy blue

Oh Mamy blue ! [2x]

Où es-tu, où es-tu Mamy blue ?

Oh Mamy blue !

Je suis partie un soir d’été

Sans dire un mot, sans t’embrasser

Sans un regard sur le passé

Dès que j’ai franchi la frontière

Le vent soufflait plus fort qu’hier

Quand j’étais près de toi ma mère

[au Refrain]

Et aujourd’hui je te reviens

Oui, j’ai refait tout le chemin

Qui m’avait entraînée si loin

Tu n’es plus là pour me sourire

Me réchauffer, me recueillir

Et je n’ai plus qu’à repartir

[au Refrain]

Et le temps a passé

Et Mamy blue s’est en allée

La maison a fermé ses yeux

Le chat et les chiens sont très vieux

Et ils viennent me dire adieu

Je ne reviendrai plus jamais

Dans ce village que j’aimais

Où tu reposes désormais

Oh Mamy ! Oh Mamy blue !

Oh Mamy blue !

Lara Fabian Le Désamour

Par vague salées viens l’incompréhension

Et puis la rage d’être pris pour un con

Pleurer crier à quoi ça sert au fond?

Mais on est juste humain, juste humain…

On rafistole y’a plus rien à sauver

On se raccroche on ne fait que couler

Tenir debout pour qui pourquoi

Dis-moi

Mais à quoi sert demain?

Le désamour

C’est se dire

Restera-t-on ami?

Le désamour

C’est maudire

Le bonheur qui s’enfuit

Quand tout s’écroule

comme un empire

Mais comment trouver pire?

Que l’amour qui se tire

Du corps cassé naissent les mauvaises histoires

On boit on sort on s’invente des brouillards

On s’abandonne dans d’autres bras d’un soir

Nous sommes pas des saints…

Pas des saints

Et puis un jour on se remet debout

Parce qu’on accepte qu’il n’y ait plus de “nous”

Faut vivre ça pour pas devenir fou

Seuls nous sommes quelques âmes

Le désamour

C’est se dire

Restera-t-on ami?

Le désamour

C’est maudire

Le bonheur qui s’enfuit

Quand tout s’écroule

Comme un empire

Mais comment trouver pire?

Que le désamour

C’est vieillir de cent ans d’un seul coup

Le désamour

C’est mourir puisque l’autre s’en fout

D’un seul revers tout foutre en l’air

Réanimer l’espoir

Devant l’amour qui se barre

D’un seul revers

Tout foutre en l’air

Réanimer l’espoir

Le désamour

C’est se dire

Restera-t-on ami?

Le désamour

C’est maudire

Le bonheur qui s’enfuit

D’un seul revers

Tout foutre en l’air

Réanimer l’espoir

Le désamour

Lara Fabian Je Suis Malade

Je ne rêve plus

Je ne fume plus

Je n’ai même plus d’histoire

Je suis seule sans toi

Je suis laide sans toi

Comme une orpheline dans un dortoir

Je n’ai plus envie

De vivre ma vie

Ma vie cesse quand tu pars

Je n’ai plus de vie

Et même mon lit

Se transforme en quai de gare

Quand tu t’en vas

Je suis malade

Complètement malade

Comme quand ma mère sortait le soir

Et qu’elle me laissait seule avec mon désespoir

Je suis malade

Complètement malade

J’arrive on ne sait jamais quand

Tu pars on ne sait jamais où

Et ça va faire bientôt deux ans

Que tu t’en fous

Comme à un rocher

Comme à un péché

Je suis accroché à toi

Je suis fatiguée, je suis épuisée

De faire semblant d’être heureuse

Quand ils sont là

Je bois toutes les nuits

Et tous les whiskys

Pour moi ont le même goût

Et tous les bateaux

Portent ton drapeau

Je ne sais plus où aller tu es partout

Je suis malade

Complètement malade

Je verse mon sang dans ton corps

Et je suis comme un oiseau mort

Quand toi tu dors

Je suis malade

Parfaitement malade

Tu m’as privée de tous mes chants

Tu m’as vidée de tous mes mots

Pourtant moi j’avais du talent

Avant ta peau

Cet amour me tue

Si ça continue

Je crèverai seule avec moi

Près de ma radio

Comme un gosse idiot

Écoutant ma propre voix qui chantera

Je suis malade

Complètement malade

Comme quand ma mère sortait le soir

Et qu’elle me laissait seule avec mon désespoir

Je suis malade

C’est ça

Je suis malade

Tu m’as privée de tous mes chants

Tu m’as vidée de tous mes mots

Et j’ai le coeur complètement malade

Cerné de barricades

T’endends

Je suis malade

Lara Fabian J’ai Douze Ans

J’ai douze ans maman

J’ai pas peur du sang

J’suis plus une enfant

Pour qui tu m’prends?

Faut que j’me dépêche de vivre ma vie maman

J’ai déjà trouvé mon premier cheveu blanc

J’ai douze ans maman

J’ai pas beaucoup de temps

J’sais pas si tu comprends

Comment j’me sens

Quand j’vois passer des fusées dans l’firmament

J’me dis qu’on va y goûter avant longtemps

Quand j’r’garde la télévision

On parle seulement de pollution

Et de surpopulation

Peut être que la bombe à neutrons

Ce sera l’meilleur remède

Contre la misère sur la terre

Naturellement

Tu r’gardes seulement les téléromans maman

Tu ne sais pas ce qui se passe dans l’univers

J’ai douze ans maman

J’ai besoin d’argent

J’pourrais m’prendre un amant

Comme dans ton temps

Qu’est-c’que j’vais faire?

Pour gagner ma vie maman

J’veux pas étudier pour rien jusqu’à trente ans

Aujourd’hui à l’école on nous a parlé

Des possibilités de vie

Dans les autres galaxies

Oui

On nous a aussi montré

Un film où l’on voyait

Comment copulent les libellules

C’est quoi la vie?

J’ai pas envie

D’avoir d’enfants maman

Faut que j’commence à prendre la pillule

J’ai douze ans maman

J’ai pas beaucoup de temps

J’sais pas si tu comprends

Comment j’me sens

Quand j’vois passer des fusées dans l’firmament

J’espère qu’un jour je pourrai partir dedans

J’ai douze ans maman

Lara Fabian Göttingen

Bien sûr, ce n’est pas la Seine,

Ce n’est pas le bois de Vincennes,

Mais c’est bien joli tout de même,

A Göttingen, à Göttingen.

Pas de quais et pas de rengaines

Qui se lamentent et qui se traînent,

Mais l’amour y fleurit quand même,

A Göttingen, à Göttingen.

Ils savent mieux que nous, je pense,

L’histoire de nos rois de France,

Herman, Peter, Helga et Hans,

A Göttingen.

Et que personne ne s’offense,

Mais les contes de notre enfance,

“Il était une fois” commence

A Göttingen.

Bien sûr nous, nous avons la Seine

Et puis notre bois de Vincennes,

Mais Dieu que les roses sont belles

A Göttingen, à Göttingen.

Nous, nous avons nos matins blêmes

Et l’âme grise de Verlaine,

Eux c’est la mélancolie même,

A Göttingen, à Göttingen.

Quand ils ne savent rien nous dire,

Ils restent là à nous sourire

Mais nous les comprenons quand même,

Les enfants blonds de Göttingen.

Et tant pis pour ceux qui s’étonnent

Et que les autres me pardonnent,

Mais les enfants ce sont les mêmes,

A Paris ou à Göttingen.

O faites que jamais ne revienne

Le temps du sang et de la haine

Car il y a des gens que j’aime,

A Göttingen, à Göttingen.

Et lorsque sonnerait l’alarme,

S’il fallait reprendre les armes,

Mon cœur verserait une larme

Pour Göttingen, pour Göttingen.

Mais c’est bien joli tout de même,

A Göttingen, à Göttingen.

Et lorsque sonnerait l’alarme,

S’il fallait reprendre les armes,

Mon cœur verserait une larme

Pour Göttingen, pour Göttingen.

Lara Fabian Amourexique

Je mourrai pour qu’un ange

Me ranime au-delà,

D’une réalité où mon corps affamé se bat

Je ne veux pas ce vaisseau,

Ces chairs, ce ventre, ces bras

Sinon pour plonger dans un espace où je ne suis pas

Et noyer, noyer l’océan qui boit

Mon sang, ma voix

Légère et floue je dîne

De tulipes et d’eau pâle

Le blanc immaculé de ma chambre

Vomit ses étoiles

Je plane au-dessus des vagues

Qui chassent mes repas

Je vole et reviens d’un monde où la vie ne joue pas

Je me noie, noie et vide mon corps malgré moi

Mon sang, ma voix

Je me noie, je me vois, je perçois

L’ange est là

Il souffle sur mes blessures

Le secret oublié

L’homme est seul à croire que la mort est sa liberté

Et noie, broie son âme désespérée

Toi, de toi

Vois-tu vraiment la Beauté, ton être en soi?

Toi…

Lara Fabian Ne Lui Parlez Plus D’Elle

Pour sortir d’un tout qui n’est rien ,

Il prend son courage par la main ,

En découvrant le mal qu’elle lui faisait pour son bien ,

Il a perdu tout ses rêves en chemin …

Sans être ni frère ni ami

Ils s’étaient promis toute une vie

Elle voulait lui faire un enfant , c’était du faux c’était du vent …

Elle inventait la vérité

Ils se déchire comme du papier

[REFRAIN:]

Ne lui parlez plus d’elle

Elle est encore dans les regards

Qui se mélangent dans son miroir

Oublier les images

Et toutes ces femmes infidèles

Ils voudrait tellement qu’elle ne soit qu’une souris parmi les chats

Dans cette vie

Ne lui parlez plus d’elle

A présent le passé se meurt

Les regrets ne tuent pas les heures

Il n’existe pas une armure qui puisse empêché les blessure

Il faut éloigner le silence

Pour qu’il retrouve sa confiance

Ne lui parlez plus d’elle

Elle est encore dans les regards

Qui se mélangent dans son miroir

Oublier les images

Non plus jamais il ne laissera son envie d’aimer être sa maître

Non plus jamais il n’oubliera mais il apprendra qu’on peut renaître

[REFRAIN]

Ne lui parlez plus d’elle

Ne lui parlez plus d’elle

Ne lui parlez plus d’elle

Ne lui parlez plus d’elle

Lara Fabian J’ai Zappé

Un bout de mer, tout s’accélère

Jamais moyen de retourner en arrière

Un bout de ciel, des mauvaises nouvelles

De l’autre hémisphère

La météo, soleil tout là-haut

Sauf pour ceux qui brûlent de froid en enfer

Tourbillon, désinformation

C’est partout l’hiver

Dans ma mémoire, seul devant les chars

Un homme debout à fait avancer

l’histoire

Et pourtant, rien n’est différent

La guerre, les gens

Tout se brouille, devant mes yeux

Et je ne comprends plus du tout qui mène le jeu

Cette voix de fer, me dit “tout va de travers”

Alors j’ai zappé

Pour que l’image change

Et j’ai prié très fort pour que tout s’arrange

Si y a quelqu’un là-haut

Faites qu’on reprenne à zéro

Et j’espère, mais y a plus rien à faire

C’est comme une partie de carte sans jokers

Pas de doute, plus personne n’écoute

Sur cette petite planète

Pas de doute, personne ne s’écoute

Tous les appels se perdent dans la tempête

Cette voix de fer, me dit tout va de travers

Pas de doute, personne ne s’écoute

Tous les appels se perdent dans la tempête

Cette voix de fer, me dit “tout va de travers”

Un bout de mer

Un bout de ciel

L’autre hemisphère

J’espère

J’espère

Lara Fabian Keep The Animals Away

Every word’s a story

Use it like a spark

To light up all the memories

Inside your ancient heart

Sharing pain and beauty

Makes us who we are

Leaves us less defenceless

And brave against the dark

If we dare to raise our voices

And circle ’round the flame

Our dance will keep the animals away

You know the beast is watching

Waiting for a taste

To feed on fear and anger

But together we are safe

Sharing pain and beauty

Makes us who we are

Leaves us less defenceless

And brave against the dark

If we dare to raise our voices

And circle ’round the flame

Our dance will keep the animals away

These hungry eyes are just souls of the night

Afraid of the light

Afraid of the light

If we dare to raise our voices

And circle ’round the flame

Our dance will keep the animals away