Mylene Farmer Sentimentale

J’suis sentimentale

Dieu ce que je suis sans haine

J’suis sentimentale

Mais là j’y vois trop de peine

Il y a des failles, des tailles

J’confesse, j’ai le vide en-dessous

And I’m gonna die

En plus du reste j’ai peur de tout

J’ose, je reste sans voix

Et là j’ai, là j’ai envie qu’on m’aime

Et quand je te vois

C’est Dieu qui, C’est Dieu qui t’envoie, je t’aime

J’ose, je reste sans voix

Et là j’ai, là j’ai envie qu’on m’aime

Et quand je te vois

C’est Dieu qui, C’est Dieu qui t’envoie, je t’aime

Oh c’est beau! Quand c’est vu, vu d’en haut

Oh c’est beau! Quand du berceau au tombeau

J’suis sentimentale

Dieu ce que je suis sans haine

J’suis sentimentale

Mais là j’y vois trop de peine

Yes l’âme en vrac où que j’aille

Détail fatal

Je crois en la vie

Yes l’âme en vrac où que j’aille

J’me taille

J’ose, je reste sans voix

Et là j’ai, là j’ai envie qu’on m’aime

Et quand je te vois

C’est Dieu qui, C’est Dieu qui t’envoie, je t’aime

J’ose, je reste sans voix

Et là j’ai, là j’ai envie qu’on m’aime

Et quand je te vois

C’est Dieu qui, C’est Dieu qui t’envoie, je t’aime

Je reste sans voix

Et là j’ai, là j’ai envie qu’on m’aime

Et quand je te vois

C’est Dieu qui, C’est Dieu qui t’envoie, je t’aime

Je reste sans voix

Et là j’ai, là j’ai envie qu’on m’aime

Et quand je te vois

C’est Dieu qui, C’est Dieu qui t’envoie, je t’aime

1, 2, 3

Je m’en vais au bois

4, 5, 6

Cueillir des cerises

7, 8, 9

Dans mon panier neuf

10, 11, 12

Pourvu qu’elles soient douces

Mylene Farmer Stolen Car

[Sting:]

Late at night in summer heat

Expensive car, empty street

There’s a wire in my jacket, this is my trade

It only takes a moment, don’t be afraid

I can hotwire an ignition like some kind of star

I’m just a poor boy in a rich man’s car

[Mylène:]

Et le moteur s’allume enfin

Nos vies s’enlacent

And we drive into the night

Oh, le cuir doux s’en mêle

Affole ton imagination

Je te vois déjà

Dans une autre situation

Tu es company director

Une vie de famille

J’ai ce feeling qu’il y a bien plus de choses à dire

[Mylène & Sting:]

(There’s some kind of complication)

Il lui dit

(He’s alone)

(Spends the night with his lover)

Il y a des traces

(Of her cologne)

Tous les mots de sa maîtresse

A l’oreille sans détour

Comme une chanson d’amour

[Both:]

Please take me dancing tonight

I’ve been all on my own

Les promesses d’un jour d’un soir

Je les entends encore

I’m just a prisoner of love

Prisonnières de mes failles

Take me dancing

Please take me dancing tonight

[Mylène:]

Imagine ta femme

Sa vie glisse entre ses doigts

Il y a une règle : être chasseur ou bien la proie

Il lui dira je rentre tard ses affaires

[Sting & Mylène:]

But there’s more than a suspicion

In this lingering cologne

(Et les enfants feront la tete)

And she runs a traffic light

And she drives into the night

[Both:]

Please take me dancing tonight

I’ve been all on my own

Les promesses d’un jour d’un soir

Je les entends encore

I’m just a prisoner of love

Prisonnières de mes failles

Take me dancing

Please take me dancing tonight

Mylene Farmer J’ai Essayé De Vivre…

Danser sans cesse

Au bord du gouffre

Pourtant l’ivresse comme

Un “entre-nous”

Voir la pénombre

Qui éclaire mon visage

On s’est dit “ensemble

Si c’est là ton voyage”

Un sentiment de n’être

Rien du tout

A vous peut-être

Je dirai tout

Moi j’ai

Moi j’ai essayé de vivre

Donné

Ici un sens à ma vie

Aussi

Moi j’ai,

Tant voulu d’autre

Ave

Milliers d’âmes anonymes

Ave

Au claire de lune

Mon ami “qui”?

Suis-je ta plume

Mais quand la nuit…

Où étais-tu alors

Puisque je t’aime

Où étais-tu encore

Imaginaire

Es-tu un rêve

Es-tu un frère

Et je manque d’air

Quand tu m’oublies

Moi j’ai

Moi j’ai essayé de vivre

Donné

Ici un sens à ma vie

Aussi

Moi j’ai,

Tant voulu d’autre

Ave

Milliers d’âmes anonymes

Ave

Mylene Farmer Je M’ennuie

Je m’ennuie

C’est le vide

Déesse, détresse

Le spleen, c’est l’hymne

A l’ennui d’être

Je m’ennuie

Un néant béant

Petite nausée

Temps dilué à l’infini

La vie oscille à l’envi

Comme un pendule rouillé

Me balancer

De la tourmente à l’ennui

L’ennui naquit un jour gris

D’une uniformité que je

Sais invincible

[refrain]

Qu’on traîne toute sa vie

Toute sa vie durant

Obstinément

Sempiternelle réverie

De l’ennui à Bovary

Vivre en beauté

Vivre en blessure

Sa finitude

[refrain]

Mylene Farmer Aime

Souvenir de nos…

Fiançailles

En bataille

Souvenir des mots

Flux de taille!

Un feu de failles

Souvenirs d’émois de mai

Qui affolaient

Tous les sols… et

Soutenir le monde “aimer”

A la force de nos poignets… d’amour

Aime

Tous les maux sont les mêmes

Quand on aime

Du pareil au blême

Aime la lie, l’anamour

Quoi de mieux quand on saigne

Moi j’aime… les “je” de l’amour

Qu’il pleuve ou qu’il vienne…

Souvenir de Palerme

Qui s’élèvent

Dans le ciel

Souvenir d’un soleil

Un seul être

Me pénètre

Sous réflex, je pose à nue…

Je suis surex…

Rien de m’ex…

…pose plus qu’à l’inconnu

Je lui demande si l’amour est tendre..

Mylene Farmer Tomber 7 Fois

Hey

Faire les 400 coups

Se prendre des coups

Plutôt que le tiède

Ceux

Qui ont peur sont debout

Les autres dorment mou

Se battre pour ses rêves

Qu’on nous enseigne never explain

Qu’on nous assène never complain

Et c’est un peuple qui se soulève

Mais toujour vouloir pour soi

La lune, la lune

Même pour un nirvana

De fortune, la lune

Et si tu tombes 7 fois

Et si tu tombes 7 fois

Toujour se relever 8

Hey

Faire des noeuds magique

Au temps élastique

Rester éveillé pas fairee les choses à moitié

Mieux même si le prix à payer

Vaut être atypique même si l’on vous tire vers le bas

Vertébrés excentriques

Qu’on fossile usé

Qu’on nous enseigne never explain

Qu’on nous assène never complain

Et c’est un peuple qui se soulève

Mais toujour vouloir pour soi

La lune, la lune

Même pour un nirvana

De fortune, la lune

Et si tu tombes 7 fois

Et si tu tombes 7 fois

Toujour se relever 8

Mylene Farmer Regrets

Loin tres loin du monde

Ou rien ne meurt jamais

J’ai fait ce long,

Ce doux voyage.

Nos âmes se confondent

Aux neiges éternelles

L’amour cachait

Son vrai visage

Oh viens, ne sois plus sage

Apres tout qu’importe

Je sais la menace

Des amours mortes

Gardons l’innocence

Et l’insouciance

De nos jeux d’antan, troublants

N’aie pas de regret

Fais moi confiance, et pense

A tous les no way

L’indifférence des sens

N’aie pas de regret

Fais la promece, tu sais que

L’hiver et l’automne n’ont pu s’aimer

Debout la tete ivre

Des reves suspendus

Je bois a nos amours

Infirmes

Au vent que je devine

Nos levres éperdues

S’offrent des noces

Clandestines

N’ouvre pas la porte

Tu sais le piege

De tous les remords

De l’anatheme

Je me fous des saisons

Viens je t’emmene

La, ou dorment ceux qui s’aiment

N’aie pas … (Viens ce soir)

De regret (Viens me voir)

Fais moi confiance, et pense

A tous… (Viens t’asseoir)

Les no way (Pres de moi)

L’indifférence des sens

N’aie pas… (L’aube est la)

De regret (Reste la)

Fais la promece, tu sais que (Je te promets)

L’hiver et l’automne (D’etre la)

N’ont pu s’aimer (Pour l’éternité)

Mylene Farmer Plus Grandir

Petit rien, petit bout,

De rien du tout

M’a mise tout sens dessus dessous

A pris ses jambes à son cou

Petit rien, petit bout,

la vie s’en fout

Dans mes draps de papier tout délavés

Mes baisers sont souillés

Plus grandir,

J’veux plus grandir

Plus grandir

Pour pas mourir

Pas souffrir

Plus grandir

J’veux plus grandir

Pour les pleurs d’une petite fille

Jeux de mains, jeux de fous

C’est pas pour nous

Suspendue au lit comme une poupée

Qu on a désarticulée, Eh!

Petit rien, petit bout

de rien du tout

Reviens dans mes images, j’me suis perdue

Après, je n’sais plus

Plus grandir,

J’veux plus grandir

Plus grandir

Pour pas mourir

Pas souffrir

Plus grandir

J’veux plus grandir

Pour les pleurs d’une petite fille

Mylene Farmer M’effondre

Je fais tout un peu

Rien n’est comme je veux

Me dissous un peu

Me divise en deux

Mais là

M’effondre…

Tout vole en éclats

Mes sens et puis mon choix

Pas d’existence

Mais vivre ma transparence

Mais là

M’effondre…

Jusque là tout va

Jusque là tout va bien…

Mylene Farmer Dessine-Moi Un Mouton

Quelle solitude

De mourir sans certitude

D’être au moins

Une particule

De vie, un point minuscule

Utile à quelqu’un

Quelle solitude

D’ignorer ce que les yeux

Ne peuvent pas voir

Le monde adulte

Isolé, un monde abrupt

Et là, je broie du noir

Dessine-moi un mouton

Le ciel est vide sans imagination

C’est ça, dessine-moi un mouton

Redevenir l’enfant que nous étions

Dessine-moi un mouton

Le monde est triste sans imagination

C’est ça, dessine-moi un mouton

Apprivoiser l’absurdité du monde

Quelle solitude

De se dire que la morsure

Du temps n’est rien

Le rêve est bulle

De vie

Un bien majuscule

Utile au chagrin

Déconfiture

Des pépins

Mais je veux croire en l’au-delà

Et vivre est dur

Toujours un choix

Mais je jure que le monde est à moi

Dessine-moi un mouton

Le ciel est vide sans imagination

C’est ça, dessine-moi un mouton

Redevenir l’enfant que nous étions

Dessine-moi un mouton

Le monde est triste sans imagination

C’est ça, dessine-moi un mouton

Apprivoiser l’absurdité du monde

Il est à moi…

Il est à moi…

Il est à moi…

Il est à moi…Le Monde

Dessine-moi un mouton

Le ciel est vide sans imagination

C’est ça, dessine-moi un mouton

Redevenir l’enfant que nous étions

Dessine-moi un mouton

Le monde est triste sans imagination

C’est ça, dessine-moi un mouton

Apprivoiser l’absurdité du Monde